Le temps du végétal, le temps du vivant… le temps de l’économie ?

Quels modèles économiques pour les réconcilier ? Comment les mettre en œuvre ?

Entre le soleil et nous, elles sont là. A la base de toute chaine alimentaire, elles sont là. A l’origine de toute fonction écologique, elles sont là. Leur contribution aux grands cycles biogéochimiques, notamment ceux de l’eau, du carbone et de l’azote, est déterminante. Leur rôle dans l’homéostasie planétaire, c’est à dire dans le maintien des grands équilibres favorables à la vie, est essentiel. Sans elles, nous ne serions pas là. Elles sont le socle de la vie, le socle de la biodiversité, le pilier sur lequel repose tout le reste. Notre agriculture, notre industrie, notre cadre de vie reposent entièrement sur leurs productions, présentes ou passées. 

Elles, ce sont les plantes, les algues, les bactéries photosynthétiques. Si leur activité passée a permis notre essor et notre prospérité économique actuelle, c’est de notre capacité à vivre et travailler avec elles que dépend notre avenir.

A la racine de toute chose…

Car nous leur devons tout, ou presque : l’air que nous respirons, la couche d’ozone qui nous protège des rayons ultraviolets, l’eau que nous buvons, les aliments que nous ingérons, les molécules avec lesquelles nous nous soignons, les fibres dont nous nous couvrons, et bien des matériaux que nous utilisons. Elles captent, concentrent et stockent l’énergie avec laquelle nous nous réchauffons, cuisons nos aliments, et même, après quelques centaines de millions d’années de maturation il est vrai, celle que nous brûlons dans les moteurs de nos véhicules.

De  leur incapacité à se mouvoir, elles ont fait une force. Pour compenser ce handicap, elles ont inventé la chimie la plus complète, la plus complexe, la plus « plastique » et adaptable du monde vivant. Grâce à cette chimie, elles produisent sur place, avec le peu de ressources dont elles disposent, les substances les plus variées. A partir d’éléments simples et de la seule lumière du jour, elles fabriquent des éléments complexes : des sucres, des protéines, des acides gras. Les constituants de la vie. Elles organisent et structurent la matière, l’enrichissent en information, lui offrant sans cesse de nouvelles potentialités. Ces substances, elles s’en servent pour communiquer, entre elles ou avec d’autres organismes. Elles s’en servent également pour se protéger, se défendre, se soigner. Elles traitent sur place leurs déchets, leurs toxines et sont capables de dépolluer activement les sols, l’eau, et l’air.

Les ingénieurs du vivant

Leur rapport au temps et à l’espace n’est pas le même que le nôtre. Elles façonnent durablement les sols, les paysages, et les écosystèmes. Elles sont la clé de leur résilience. Elles sont les premiers ingénieurs du vivant.

Une source d’inspiration pour notre économie

Une nouvelle économie, une nouvelle agriculture, une nouvelle industrie est en train de naître de notre meilleure compréhension de leur nature, de leurs structures, de leur chimie, de leurs dynamiques, de leurs interactions. Les plantes, les algues, les bactéries photosynthétiques nous inspirent de nouvelles stratégies de production et de gestion des ressources, de nouvelles manières de penser l’aménagement du territoire. L’économie de l’après pétrole sera celle du végétal. Le temps du végétal, celui du vivant aujourd’hui, sera demain, celui de l’économie.

Cette économie existe déjà. Nous vous invitons à la rencontre des chercheurs, des industriels, des agriculteurs, des entrepreneurs qui n’ont pas attendu pour la découvrir, l’inventer, l’expérimenter, la mettre en œuvre et la transmettre.

Le temps de l’économie ? Le temps du vivant, le temps du végétal

Rejoignez-nous du jeudi 11 au samedi 13 septembre pour la septième édition des INSPIRations, les universités de l’institut INSPIRE, un moment privilégié d’échange, d’émergence, de partage des savoirs interdisciplinaires pour les adhérents de l’institut, une opportunité de rencontrer des témoins, des passeurs, des acteurs. Ces deux journées de travail rassemblent une centaine de personnes et se déroulent dans un format conçu pour favoriser l'intelligence collective et l’imagination au service de l’action et de réalisations concrètes, en alternant séances de travail, rencontres formelles et informelles, et moments de « respirations » et d’inspirations. 

Les INSPIRations 2014 se dérouleront dans l'écrin exceptionnel du village de Correns en Provence Verte. Nous chercherons pendant ces deux jours à faire émerger des propositions concrètes et des projets qui démontrent qu'il est possible de resynchroniser les flux et rythmes de nos activités économiques et ceux des éléments du vivants qui les nourrissent, que l'on peut "rentabiliser le temps long" pour qu'agriculture et entreprises agro-alimentaires, chimiques, pharmaceutiques ou cosmétiques, entre autres, s'y retrouvent. Gilles Bœuf, Président du Muséum National d’Histoire Naturelle et Eric Martin, Président d’Agrostratégies et Prospectives ont déjà confirmé leur présence en tant que grands témoins.

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant ici.

Cette entrée a été publiée dans Les INSPIRations, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Institut INSPIRE
11, Cours Joseph Thierry
13001 Marseille
Mob : +33(0)6 45 45 88 77
Tel : +33(0)4 91 67 96 22

Conseil, web design
& developpement spix.fr

Inspire est soutenu par

La nature nous aide, aidons-la à nous aider. Devenez acteur de la 3ème révolution industrielle

S'inscrire à la newsletter

Exaptations, quand la nature inspire l'action.

S'inscrire à la newsletter

www.exaptations.org